La Branche « Route » est la continuation de la Branche « Eclaireurs ». Prenant le jeune homme encore  adolescent, elle veut l’aider à devenir un adulte capable de « mener lui-même sa barque » (B.-P.), conscient de ses devoirs, voué à servir.

    Montant de la Troupe à 17 ans, le Routier commence son service au sein des troupes ou au clan a l’âge de 18 ou 19 ans. L’âge central de la Branche se situe donc aux alentours de 18 ans.
Cette période est caractérisée chez le jeune homme, d’un cote par le sentiment très vif de devenir un « homme », capable d’agir seul, voire de s’opposer à ceux qui prétendraient freiner ses désirs, et d’un autre coté, par une certaine inquiétude devant l’inconnu que représente encore pour la plupart de la société des adultes : vie conjugale, sociale, professionnelle.

 
Adaptant à l’âge adulte les cinq buts du Scoutisme, la Branche propose aux jeunes gens des structures, méthodes et activités les amenant à prendre conscience de leurs responsabilités d’homme, à les assumer dans un esprit de service et à transposer principes et Loi Scoute en règle de vie.(Bases fondamentales du scoutisme, P.23)


La progression route

La progression des routiers au cours de leur séjour au clan est marquées par plusieurs épreuves proposées aux routiers pour les aider à se préparer à prendre la route et à devenir autonome afin de tracer leu chemin dans la vie. Aussi ces épreuves aideront le routier à réfléchir sur sa vie, sa foi, son engagement humain, son insertion dans la société, sa vie scoute.


Adhésion

Fleur de lys

Barre de pilote

Flèche d’or

Témoin

Première Veille

Départ

Image title

Image title

Image title

Image title

Image title

Image title


Chaque routier est invite à progresser pour servir à l’aide d’épreuves variée.  Cette progression commence d’abord ; après que le routier est une présence active au sein du clan et de l’équipe par la  cérémonie d’adhésion. Puis les routiers travaillent les Jalons, fleur de lys pour parfaire une formation dans le scoutisme, barre de pilote pour apprendre à élaborer un projet, a le planifier et à le mener en terme, flèche d’or pour apprendre à agir sur son environnement, son milieu et sa société, témoin pour approfondir et témoigner sa foi. Apres quelques réunions entre le routier et son parrain, le routier invite le clan a sa première veille durant laquelle il annonce au clan qu’il va commencer son départ. Lors de la préparation du départ, le routier est invite à faire une étape très importante dans son trajet de progression : 36h RAK. C’est une étape de au moins 36 heures qui se fait solitairement (un seul routier), durant laquelle il traverse a pieds ou en transport public plusieurs lieux pour finalement passer au moins 24 heures dans un hôpital, camp de réfugié ou un centre d’accueil et servir les gens dans ce lieu. L’importance de cette épreuve pour les lieux de service est divise en 3 axes :
1- dans le cas de désastre naturel, de guerre, d’incident majeur..  les routiers seront formé pour aider aux hôpitaux et aux centres d’accueils. 2-, le faite d’être des bénévoles qui sont prêt pour aider dans n’importe qu’elle tache motivera les gens qui travaillent là-bas.
3- les blessés, malades, vieux ou orphelins seront ravis de notre présence et elle leur fera plaisir.
Au niveau du routier, les bénéfices sont aussi divisé en 3 axes :
1- le routier saura sortir de sa zone de confort : sans portable, argent de poche… pour aller aider les autres.
2- durant les 36h le routier va lire plusieurs texte de réflexion, rencontrer de nouvelle personnes, et fera une relecture de sa vie.
3- apprendre comment un hôpital fonctionne, découvrir un nouveau village, tous ceci est bénéfique pour un jeune routier. Cette épreuve a été nommée 36h RAK en hommage  à Ralph Abi Karam, scout-routier au clan Champville qui a changé de camp le 13 Mai 2015. Durant l’épreuve 36h RAK, les routiers sont demande de vivre avec joie, avec persévérances, avec amour ; de la même façon que Ralph a vécu ses dernières années en combattant la maladie. Une fois l’épreuve 36h RAK est terminée ; le routier peut faire sont départ ; il s’engage à renouveler sa promesse scoute a l’âge adulte et à vivre le scoutisme non seulement au sein du clan et du groupe mais dans la communauté et partout ailleurs.


L’uniforme

  • Chemise bordeaux avec  tous les insignes et scalpes respectives
  • T-shirt blanc sous la chemise
  • Foulard (blanc et bleu couleurs de la Vierge Marie) pour ceux qui ont déjà  fait leur promesse
  • Jeans bleu marin ou short du groupe avec chaussettes blanches un peu plus  hautes que la cheville
  • Chaussures adaptées aux activités scoutes
  • Ceinture en cuir avec croix scoute
  • Sweat-shirt du groupe

Uniforme de camp

Durant le camp, l’uniforme sera :

  • T-shirt dont la couleur sera définie préalablement par la maîtrise (par jour)
  • Foulard du groupe (blanc et bleu couleurs de la Vierge Marie) pour ceux qui  ont déjà fait leur promesse 

Symbolique de l’uniforme

     L’uniforme est avant tout un moyen de s’identifier, de se reconnaître comme scouts et entre scouts. Les couleurs, les insignes et le foulard permettent de savoir de quel groupe et de quelle région un scout provient, quel est son pays.. L’uniforme supprime par ailleurs les différences de classe, de race et de nationalité, c’est en ce sens un signe d’appartenance à une fraternité mondiale. (toujourpret.com)

 « Le style et la précision des détails d’un uniforme peuvent paraître des choses sans importance, mais elles ont leur valeur pour le développement du respect de soi-même et ont une très grande signification en ce qui concerne la réputation du Mouvement auprès des tierces personnes, qui jugent d’après ce qu’elles voient. » Baden Powell

   « Boucler son ceinturon, c’est accepter librement une discipline. C’est être prêt à partir.
Mettre son foulard, c’est lier avec les membres du groupe dont on porte les couleurs.
Passer sa cordelière, c’est se mettre la corde au cou pour le service de ses frères.
Ouvrir le col de sa chemise, c’est accueillir les exigences de la vie en plein air.
Charger son sac sur ses épaules, c’est endosser ses responsabilités, c’est rejeter sa fortune derrière soi, tout en gardant les mains libres.
Et relever les manches, c’est être prêt à servir. »

Perig Géraud-Kéraod


La Prière des routiers

Seigneur Jésus,
qui Vous offrez à nous,
comme la route vivante,
toute irradiée de la lumière d’en-haut,
daignez Vous joindre à nous sur le chemin de la vie,
comme Vous le fîtes jadis pour les routiers d’Emmaüs.
Donnez-nous part à Votre Esprit,
afin que, nous découvrions la voie de Votre plus grand service,
et que, nourris de l’Hostie,
ce vrai pain des routiers,
nous cheminions allègrement,
malgré fatigues et contradictions,
sur le chemin qui mène droitement à la maison du Père

Amen



La Charte des routiers Scouts du Liban

  1. Le routier est fidèle à ses frères de route.
  2. Le routier tient toujours ses engagements.
  3. Le routier répond toujours à l’appel d’un ami ou d’un étranger.
  4. Le routier servira toujours et partout.
  5. Le routier s’engage a toujours progresser.
  6. Le routier saura montrer responsable de son clan, de son groupe et de l’association des Scouts du Liban.